NEW

fren

Erreur
  • JLIB_FILESYSTEM_ERROR_PATH_IS_NOT_A_FOLDER_FOLDER
  • JLIB_FILESYSTEM_ERROR_PATH_IS_NOT_A_FOLDER_FILES

Equipe gagnante ou équipe dysfonctionnante

EquipeL’ouvrage de Patrick Lencioni identifie les dysfonctionnements d'une équipe ainsi que les cinq caractéristiques d'une équipe très efficace. Il conclut le livre avec un résumé des principes de travail en équipe illustré dans l’histoire deKathryn Peterson.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, force est de cerner la notion même d’équipe.Le dictionnaire le définit comme suit : « Groupe de personnes unies dans une tâchecommune ». Pas mal, mais il y a mieux : « Groupe depersonnes qui travaillent ensemble à résoudre unproblème, atteindre un objectif ou définir un enjeu. »« Travailler ensemble », voilà les maitres-mots. Lesgroupes qui le font sont des équipes gagnantes.

ico

Chaque équipe a ses caractéristiques propres, qui font de chacune une entité à part entièreavec sa personnalité. Seulement sa réussite est intimement liée à la présence des caractéristiques comme la confiance, l’acceptation du conflit, l’engagement, la responsabilisation et la valorisation des résultats collectifs.

La fameuse question de la confiance est celle qui fait que certaines personnes réussissent tout ce qu'elles entreprennent.Est-elle une qualité innée, l'aboutissement d'une enfance heureuse ou un résultat qu’on peut obtenir par ses propres efforts?

L’auteur explique de quoi est faite cette confiance, ses rapports avec l'estime de soi et les façons dont on peut la développer à travers les activités de notre vie quotidienne et au sein de l’entreprise. Elle est dans le cadre de l’entreprise, une approche double qui implique à la fois la confiance en soi et la confianceenvers ses collaborateurs.Mais un niveau de confiance élevé n’est pas toujours suffisant pour empêcher la survenance de conflits.

Les conflits sont inhérents à la vie de l’entreprise. Ils surviennent même dans les meilleures équipes, celles qui sont réputées les plus homogènes. Les comportements qui sont à leurs origines sont nombreux : attaques personnelles, critique systématique, colère ou mépris à l’égard de coéquipiers ou de leurs points de vue. Le défaut d’assumer sa part du travail, la non participation et le dénigrement de l’équipe à l’extérieur des réunions sont également source de conflits.

Les managers doivent se tenir à l’affût des petitsirritants qui peuvent finir créer des situations difficiles. Souvent, ilsuffira de rappeler au « coupable » les règles deconduite établies en commun. Si cela ne marche pas, on doit recourir auxtechniques de résolution des conflits. L’une d’ellesconsiste à discuter des comportements conflictuels enéquipe. Les membres énumèrent descomportements qui, selon eux, engendrent desconflits. On les invite ensuite à proposer dessolutions.

  Après discussion, on s’entend sur la façonde régler le problème. En cas de problème persistant avec un membre enparticulier, manager ou le responsable aura un entretien aveccelui-ci en privé. Il expliquera la nature du problème, le fait qu’il ne peut être toléré et les modifications àapporter. Il arrive que les techniques de résolution des conflitsles plus efficaces restent sans effet. Le cas échéant, ilfaut se résoudre à exclure le responsable.

Pour préserver l’efficacité d’une équipe, il fautreconnaître continuellement les efforts individuels. C’est une chose à laquelle les gens tiennent. Un simple merci suffit souvent à maintenir le moral destroupes et cela est selon Patrick Lencioni une façon de valoriser le travail effectué par le collaborateur.

icoComme la valorisation individuelle, la bonne marche de l’entreprise repose aussi sur la valorisation collective. Les buts et la mission de l’équipe de travail sont clairement formulés, compris et acceptés.  L’engagement dans cette direction est valorisé et reçoit l’appui des membres de l’équipe. On voit ainsi que les deux caractéristiques que sont l’engagement et la valorisation des résultats collectifs entretiennent des relations étroites.
A côté de l’engagement, la responsabilisation est un vecteur clé dans une équipe gagnante.Si chaque collaborateur sait ce qu’on attend de lui dans son rôle et comprend la relation de sa position aux autres.  Les assignations sont claires et acceptées. D’où l’intérêt de clarifier et de responsabiliser son équipe.

  • En résumé, travailler en équipe est une chose mais transformer çà en une équipe gagnante en est une autre. Les équipes sportives en sont une parfaite illustration. C’est la même réalité au sein de l’entreprise. L’équipe gagnante n’est pas une juxtaposition de compétences mais l’équipe la plus homogène où règnent la coopération et l’esprit d’équipe.
  • Une équipe gagnante, modèle de coopération est régie par des valeurs fortes (confiance, acceptation du conflit, engagement, responsabilisation et valorisation des résultats collectifs). D’après l’histoire de Kathryn Peterson, c’est de cette manière qu’on peut transformer une direction managériale en une équipe gagnante.